Passer au contenu Passer à la navigation Accéder au formulaire de recherche

Bouge Ta Douleur en Haute-Loire

11 août 2017

Laure Germano est présidente et co-fondatrice de l’association Bouge Ta Douleur, en Haute-Loire. Rappelez-vous, c’est elle qui avait enfilé le tablier dans les cuisines de Cyrille Zen, pour le projet « Hein ? Différence ! ». Aujourd’hui, elle nous parle de l’association Bouge Ta Douleur, un projet déclic pour les personnes ayant une maladie chronique.

Pouvez-vous nous présenter l’association Bouge Ta Douleur, en quelques mots ?

En 2014, Nadine et moi suivions un protocole d’éducation thérapeutique du patient, au Centre Hospitalier Emile Roux. Quelques mois plus tard, c’est à dire en mai 2015, nous avons créé l’association Bouge Ta Douleur.
Ce protocole m’a ouvert les yeux sur la manière de gérer cette pathologie. Des outils existent pour poursuivre nos efforts, à la suite du programme. Mais avant tout l’important est de trouver l’étincelle, le déclic, qui nous poussera à les utiliser pour faire en sorte que la motivation perdure. Ce n’est pas si simple de trouver celle-ci au départ.
Aujourd’hui, nous comptons entre 40 et 50 adhérents au sein de l’association Bouge Ta Douleur. Preuve que le projet répond bel et bien à un besoin : celui de tisser du lien entre nous, afin d’avancer ensemble.

De quelle manière les adhérents de Bouge Ta Douleur reprennent petit à petit goût aux activités ?

Le siège de notre association est situé à Saint-Paulien. Nous mettons en place plusieurs animations et ateliers pour faire découvrir aux adhérents des outils à leur disposition.

Nous organisons différents événements comme les sessions d’aquagym douce, à la piscine La Vague, au Puy-en-Velay. Ce sont les « Aquafun ». J’ai été formée avec le Centre Hospitalier Emile Roux afin de pouvoir travailler avec les patients. Nous remplissons la piscine à chaque fois. L’idée est avant tout de passer un bon moment et d’oublier sa douleur. J’anime la séance, en musique, parfois déguisée (rires).

En septembre, la thématique sera « Les mille et une nuits. C’est une ambiance presque digne d’un camping, avec des petites chorégraphies ! Nous voulons célébrer la fin de l’été, avec une touche orientale et surtout de la bonne humeur.

L’événement est ouvert à tous : aux malades comme aux biens portants. La séance d’aquagym dure quarante-cinq minutes, suivie de cinq minutes de relaxation. Par la suite, les participants peuvent accéder gratuitement à l’espace bien-être de la piscine. Cette année nous organiserons quatre sessions « Aquafun ».

Vous assurez également le lien avec plusieurs structures locales telles que Velay Rando, le DAHLIR… pouvez-vous nous expliquer dans quel but ?

Voilà comment nous pourrions résumer nos actions : nous proposons des outils aux personnes atteintes de maladies chroniques. Nous essayons de les motiver à pratiquer une activité. Mais surtout, nous les invitons à partager des moments ensemble. Car ils auront beau à avoir le meilleur traitement médicamenteux, cela ne leur donnera pas la joie de vivre. Avant tout, cela se passe dans la tête. Il faut leur donner du baume au cœur et éviter l’isolement. Notre ambition : leur donner envie d’avancer, de se lever le matin.

Nous faisons donc venir des personnes, des associations qui pourront leur amener quelque chose. Nous avançons et créons des choses ensemble, toujours dans une démarche positive.

L’année précédente, Thibaut Fink, de l’association DAHLIR a présenté le dispositif DAHLIR Santé. Nous proposons des ateliers, des rencontres : chacun prend ce qui lui convient. Ils essaient puis choisissent. Pour de nombreux adhérents, notre association est un intermédiaire. Certains ne ressentent pas encore le courage de s’inscrire dans un club. Bouge Ta Douleur agit telle une béquille jusqu’à ce qu’ils ressentent la capacité d’intégrer une association, un club. C’est là que le DAHLIR intervient de par sa connaissance des structures sportives pouvant les accueillir, en fonction de leurs besoins, leurs envies.

Nous avons une relation privilégiée, de confiance avec le DAHLIR : nous intervenons ensemble par exemple durant la conférence Analgesia.

Au-delà de ces moments de partage, vous intervenez également dans différentes structures pour parler de votre projet…

La fibromyalgie ne se voit pas. Quand on se casse le bras, ça se voit, et les gens vous plaignent. Lorsqu’on est atteint de fibromyalgie, on ressent la souffrance même si celle-ci n’est pas marquée sur notre front.
Si un spécialiste passait lors d’une séance Aquafun, il serait incapable de reconnaître une personne atteinte de douleurs d’une personne en bonne santé. De la même manière, la photo prise avec Cyrille Zen, sur le projet Hein ? Différence !, ne permet pas de déceler de différence entre lui et moi : nous passons un bon moment ensemble, en cuisine et puis c’est tout !

J’anime un atelier toutes les 3 semaines, en tant que présidente de Bouge Ta Douleur mais aussi en tant que « patient expert », auprès des curistes des thermes de Saint Laurent Les Bains. L’objectif est d’essayer de leur donner ce déclic. L’action de Bouge Ta Douleur est diversifiée.

Pour plus d’informations sur l’association Bouge Ta Douleur :

Téléphone : 06 87 71 25 58
Inscription à la séance AquaFun, le 30 septembre, à 14heures, à la Piscine La Vague, au Puy-en-Velay, par téléphone.

Copyright - Dahlir 43 (http://dahlir43.fr)

Pour rendre la nature plus accessible

Vivons le Velay Ensemble : 3ème journée… à bord d’un canoë !