À la rencontre du GAL du Velay

31 janvier 2018

Quand les projets de territoire font naître de nouvelles synergies

Rencontre avec Laurent DUPLOMB, Président du GAL du Velay et Thomas Facqueur, Animateur LEADER.

Pouvez-vous nous expliquer comment s’est formé ce Groupe d’Action Locale du Velay ?

“Le Groupe D’action Locale du Velay est le fruit d’un partenariat public privé entre les collectivités et les forces vives du territoire (consulaires, associations,…). Sa création répond à la volonté de bénéficier de fonds européens LEADER destinés à financer des opérations de développement rural.

En répondant à un appel à projet, le GAL a permis de mobiliser plus de 6 millions d’euros de fonds européens depuis 2010. »

 

Le GAL du Velay assure l’animation et le pilotage du programme européen LEADER. Pouvez-vous rapidement nous présenter l’ambition de ce programme, ses axes  d’intervention ?

« Pour la période 2015-2021, le programme LEADER a comme objectif principal de faire plus et mieux travailler ensemble les acteurs locaux.

L’ambition est de promouvoir les synergies locales.

Concrètement, l’objectif est de financer des projets expérimentaux qui permettent de fédérer les initiatives privées et publiques qui naissent sur le Velay, de manière très transversale.

En Haute-Loire, il y a 3 programmes LEADER différents qui correspondent aux 3 bassins de vie délimités en partie par le relief.

Le territoire du Velay est issu d’une démarche volontaire qui correspond à la volonté de travailler ensemble des acteurs locaux.

 

De Craponne à Pradelles et de Fix-St-Geneys aux Vastres, il s’articule autour du centre urbain du Puy-en-Velay qui polarise de nombreuses communes rurales. »

 

Depuis quand ce programme existe-t-il au niveau du Pays du Velay ?

« Le programme européen LEADER est mobilisé sur le Velay depuis 2010. L’idée est d’accompagner les acteurs pour les aider à monter des projets innovants. Le rôle du Groupe d’Action Locale est d’animer le territoire et de faire que plus de personnes sollicitent et obtiennent des fonds européens. Cet organisme est également un lieu de discussion et de rencontres entre acteurs très différents qui participent tous au développement de notre territoire. »

 

Quelles sont les spécificités, les marqueurs identitaires de ce territoire ?

« C’est un territoire rural de moyenne montagne plutôt dynamique. Le tissu économique maille les zones rurales à travers un important réseau de centres-bourgs. Le sentiment d’appartenance locale est assez fort et permet au Velay de s’appuyer sur ses atouts culturels et paysagers pour développer le tourisme. Cependant, le Velay manque encore de notoriété. La valorisation de ses ressources locales doit permettre de réinventer ce territoire pour accentuer son attractivité. »

 

De manière concrète, comment apportez-vous votre appui, votre expertise aux porteurs de projets ?

« La cellule d’animation du GAL reçoit de nombreux porteurs de projets.

Nous les accompagnons pour la recherche de partenariats, notamment avec les collectivités.

Nous essayons de leur trouver des solutions de financement en mobilisant particulièrement les fonds européens disponibles. Le Comité Technique puis le Comité de Programmation réunit de nombreuses structures partenaires, l’objectif du GAL est d’instaurer un dialogue constructif entre elles pour faciliter la réalisation des projets sur le Velay. »

 

Mi-décembre a eu lieu la soirée de clôture du projet “Vivons le Velay Ensemble” porté par l’association DAHLIR. Qu’est ce qui a retenu l’attention du GAL du Velay dans cette initiative ?

« Ce projet permet de faire connaître notre territoire et de faire progresser le sentiment d’appartenance locale auprès d’une population peu intégrée.

Cette action a permis de renforcer la cohésion sociale autour de nos ressources territoriales.

Le DAHLIR a su mobiliser de très nombreuses structures et les sensibiliser à l’action de l’Europe sur le Velay. C’est le sens du programme LEADER que de soutenir ce type de projet innovant et fédérateur. »

Quel serait, selon vous, le bilan de cette initiative ?

« A l’arrivée, le DAHLIR a formé des ambassadeurs de notre territoire. L’objectif de réappropriation des patrimoines locaux est atteint. La réalisation du repas à base de produits locaux a permis de révéler leurs capacités à connaître et faire connaître les richesses du Velay.

 

Cette expérience unique a permis de fédérer le groupe et démontre l’importance des marqueurs identitaires locaux pour « faire société » et faciliter le vivre ensemble.

 

La création de nouvelles synergies, de nouveaux liens sociaux entre participants vient de la capacité à se redécouvrir comme faisant partie d’un territoire vivant, fier de ses racines. »

À la rencontre de Nicolas et Amélie : à chacun son sport !

Amélie et Nicolas m’accueillent au sein du foyer d’hébergement “La Chalède”, à Langeac. Amélie est éducatrice sportive et Nicolas, est  résident externe du foyer : il vit en appartement. Pour chacun, le sport tient une …

Les vacances de Océane à Brin de Ficelle

« Jusqu’à maintenant Océane allait toujours chez une nourrice lorsque nous travaillions. Aussi, lorsque Bruno Pierrat, éducateur au  CRDV (à la retraite aujourd’hui) nous a parlé de la possibilité pour Océane d’aller en centre de loisirs, …