Jason, chargé d’accompagnement DAHLIR 43

8 mars 2019

Jason-charge-accompagnement-DAHLIR43Le 8 février dernier, il a soufflé sa première bougie au DAHLIR. Voilà tout juste un mois que Jason a posé ses valises en Haute-Loire, pour assurer les missions de chargé d’accompagnement, au sein de l’équipe du DAHLIR.

 

“L’accès aux loisirs pour tous” : qu’est-ce que cela signifie pour toi ?

 

C’est fondamental ! Depuis la loi de 2005, cela se traduit concrètement par la mise en accessibilité des services, des lieux publics… Mais il reste du travail pour changer le regard des citoyens sur le handicap et déconstruire certains préjugés.

En bref, pour moi cela signifie que chacun a le droit de pratiquer une activité de loisir, quelque soit sa situation.

 

Parle-nous de ton arrivée au sein de l’association DAHLIR.

 

Avant d’arriver ici, mon parcours a été assez atypique. Je suis diplômé d’une licence STAPS Activités Physiques Adaptées. À la suite de celle-ci, j’ai d’abord travaillé dans des milieux qui n’avaient pas forcément de liens avec ma licence. Par la suite, j’ai enchaîné quelques missions en centres de rééducation, ainsi qu’en centre d’éducation motrice. Cela m’a permis de côtoyer certains publics que je retrouve aujourd’hui dans mes missions au DAHLIR.

 

J’ai une première fois postulé pour un poste au DAHLIR durant l’été 2018, pour une offre d’emploi, dans le Puy-de-Dôme. Lorsque j’ai été rappelé, j’étais engagé dans une autre structure, ce qui a retardé de quelques mois mon arrivée.

Enfin, la deuxième fois a été la bonne, malgré un léger changement de destination. Initialement, j’avais postulé sur l’offre d’emploi dans l’Allier.

Et je me retrouve aujourd’hui basé en Haute-Loire. Mais peu importe le lieu, je souhaitais absolument travailler, et il faut être prêt à bouger pour cela !

 

Cela fait un mois que je suis arrivé dans la team DAHLIR. Après avoir assimilé beaucoup d’informations, je suis aujourd’hui sur le terrain. Je me sens bien ici et suis impatient de continuer à apprendre des choses et développer des compétences.

 

Qu’est-ce-qui t’as surpris ou fait sourire, lorsque tu es arrivé dans l’équipe du DAHLIR ?

 

Je crois que c’est simplement le fait de m’être senti aussi rapidement à l’aise parmi l’équipe située en Haute-Loire. Nous avons eu un bon feeling très rapidement. C’est avec plaisir que je me rends chaque jour au bureau et que je découvre les routes de la Haute-Loire pour assurer les accompagnements.

 

Quelles seront tes missions ?

J’assure la fonction de chargé d’accompagnement, principalement sur les dispositifs DAHLIR Handicap et Santé. Ponctuellement je peux être amené à intervenir sur le DAHLIR Insertion, en cas d’absence de mon collègue médiateur quartier.

Pour résumer, j’accompagne les personnes dans leurs projets de reprise d’une activité régulière de loisir. Je les rencontre, puis recherche l’activité qui correspondra le plus à leurs besoins, leurs envies. Nous partageons ensuite une séance d’essai où je m’assure que tout se passe bien. Si la personne se sent à l’aise, elle adhère à la structure. Nous restons en contact et je réalise un suivi de son projet.

 

Je travaille principalement avec les structures sanitaires, médico-sociales du territoire mais également avec les associations sportives, culturelles et bénévoles du territoire. Ce n’est pas évident au départ, car je ne connais pas encore le territoire. Mais cela va de mieux en mieux et je peux m’appuyer sur les connaissances de mes collègues.

 

Quelles sont les qualités indispensables pour être chargé d’accompagnement DAHLIR ?

 

Avant tout, être chargé d’accompagnement DAHLIR nécessite d’avoir du bon sens et de l’écoute !

 

Afin d’accompagner au mieux les personnes, il faut leur donner la possibilité d’exprimer leurs envies. C’est une logique assez simple et saine. Je suis simplement là pour donner un coup de pouce à son projet.

 

Enfin, il me semble aussi qu’une bonne dose de persévérance ne peut pas faire de mal pour assurer cette fonction. Je suis assez perfectionniste et veut trouver l’activité qui correspondra au mieux, aux critères de la personne. Tant que ce n’est pas le cas, je persévère.

 

Si tu devais partager le meilleur conseil que tu aies reçu ?

 

Cela revient à cette notion de persévérance, je dirais qu’il faut se donner les possibilités et la volonté pour atteindre ses objectifs. Ma devise pourrait être “Toujours à fond !”.

Je n’abandonne pas facilement, j’aime explorer et évaluer toutes les possibilités afin de saisir la meilleure. Je cherche à atteindre l’excellence. Un match de basket n’est jamais terminé jusqu’à ce que le chrono sonne, il ne faut jamais rien lâcher !

 

Pascal, pratiquant et bénéficiaire du DAHLIR Santé.

“Aujourd’hui, je m’étonne de pouvoir réaliser certains mouvements. Preuve qu’il faut prendre son temps et aller à son rythme !”Pascal, pratiquant et accompagné par le DAHLIR Santé.En quelques mois, l’activité physique a pris une …

L'association Abbé de l'Epée

Lorsque l’on évoque l’association Abbé de l’Epée, le rapprochement avec la Haute-Loire est quasi-instantanée. Cela fait quelques années que le projet historique de l’association a vu le jour. Dès 1840, les religieuses de la Congrégation …