L’accueil de Lony, au centre de loisirs Les Galopins

5 septembre 2017

Depuis quelques temps, Lony et sa maman recherchaient un moyen pour qu’il puisse participer aux activités extrascolaires  dans un centre de loisirs.

Après avoir vécu des échecs dans certaines structures d’accueil, ils se sont tournés vers une assistante sociale afin qu’ils puissent trouver ensemble une solution d’accompagnement. Cette dernière a contacté le DAHLIR.

Regards croisés sur l’accompagnement de Lony dans la réalisation de son projet avec :

Au sein de l’ITEP de Pradelles, une équipe pluridisciplinaire accompagne les enfants en internat et en accueil de jour, en mettant en place des passerelles vers le milieu ordinaire. Emilie Raynaud, nous fait part des enjeux et de son ressenti face à l’accompagnement de Lony, dans le centre de loisirs de Vals-Près-le-Puy.

« Je travaille avec les parents, notamment sur leurs droits. Je les informe des dispositifs existants qui peuvent leur être proposés, sur la Haute-Loire, en lien avec le projet de leur enfant. Ce n’est pas la première fois, que nous travaillons ensemble avec le DAHLIR. Aussi, lorsque la maman de Lony m’a fait part de ses besoins de garde pour Lony, sur les vacances scolaires, l’accompagnement du DAHLIR m’a semblé évident. Nous avons anticipé ce travail avec les équipes de professionnels du centre de loisirs de Valls, l’équipe de l’ITEP, les parents de Lony et bien-sûr le DAHLIR. »

Ensemble, pour aller plus loin avec Lony

Pour Céline, la maman de Lony, le parcours d’accompagnement fonctionne à la condition que tous les partenaires et les parents s’impliquent et discutent, afin d’anticiper au mieux les problèmes pouvant survenir.

« Nous nous sommes d’abord tous réunis : nous, ses parents, Emilie Raynaud et l’éducatrice référente de Lony à l’ITEP de Pradelles, le directeur et les animateurs du centre de loisirs de Vals, ainsi que Coralie Leclerq, chargée d’accompagnement du DAHLIR. Ensemble, nous avons ciblé les besoins spécifiques que Lony pourrait avoir.  Par la suite, nous avons décidé de faire appel à un animateur supplémentaire, dans le cadre d’un DAS**, qui assurerait le lien entre Lony et le reste du groupe.

Rémunérer un animateur supplémentaire engendre forcément des frais supplémentaires. Dans le cadre du DAS, la CAF et la MDPH de Haute-Loire apportent leur soutien financier afin de faciliter l’accueil d’enfants en situation de handicap, dans les centres de loisirs. Ce qui fait que cela a été tout à fait gérable pour moi financièrement. »

Un travail d’équipe en amont de l’accueil de Lony :

Emilie Raynaud insiste sur l’importance de ce lien entre tous les acteurs, qui facilite l’intégration :

« L’idée est que Lony puisse partager tous les moments avec ses camarades. Pour cela, ce travail de sensibilisation, en amont, auprès de la structure d’accueil était nécessaire. Cela permet à l’équipe d’animation de savoir comment réagir, anticiper les besoins de Lony pour le rassurer et l’apaiser. »

Cyril Coste, Directeur du centre de loisirs de Vals-Près-le-Puy constate déjà d’énormes progrès entre l’accueil de Lony lors de premières vacances et maintenant :

« L’accompagnement de Lony s’est fait tout en douceur. Lors des premiers jours, il y a eu quelques soucis. Maintenant tout se passe bien. Lony a pris ses marques dans le centre. Il connait chaque animateur. Le bilan est donc très positif.  On ne remarque pas de différence ou presque avec le groupe d’enfants de son âge. Par exemple, après chaque goûter, on demande aux enfants de nettoyer leur table. Lony le fait. Comme tous les enfants : en ronchonnant  un peu (rires). Durant les premières vacances, ça  aurait été plus difficile de mettre ça en place. Désormais, ça se passe très bien. »

Pour Céline, la maman de Lony :

« Les journées au centre s’améliorent au fil du temps. Lony s’y sent très bien. L’équipe d’animation le connait et peut ainsi anticiper ses réactions, sa fatigue, par exemple.  Chaque soir, nous prenons le temps de discuter avec Lony et l’équipe, de la journée passée. C’est très constructif. De manière générale, je ressens un apaisement dans son comportement. Le fait de le responsabiliser en lui attribuant certaines missions envers les plus petits, par exemple y contribue énormément.  Pour conclure, je dirais merci à tous les acteurs qui nous ont aidés à mettre cela en place, pour le bien-être de mon fils. »

*ITEP : Institut Thérapeutique Educatif et Pédagogique

**DAS : Demande d’Accompagnateur Supplémentaire

Yann Lenhof, fondateur de Ymedia

Yann Lenhof est le fondateur de  l’agence Ymedia société de production audiovisuelle. Implanté au Puy-en-Velay depuis 2008, Ymedia propose ses services principalement auprès des entreprises et structures institutionnelles. Egalement partenaire du DAHLIR depuis plusieurs années, …

Regards croisés : Karen Verroul et Anne-Marie-Dia, assistantes de service social

Regards croisés sur le travail collaboratif mené par les assistantes de service social avec le DAHLIR Rencontres avec Karen Verroul, de l’ASEA43 et Anne-Marie DIA, du Centre Hospitalier Sainte-Marie. Commençons par une rapide présentation de la structure …