L’association Abbé de l’Epée

18 février 2019

Lorsque l’on évoque l’association Abbé de l’Epée, le rapprochement avec la Haute-Loire est quasi-instantanée. Cela fait quelques années que le projet historique de l’association a vu le jour. Dès 1840, les religieuses de la Congrégation de la Présentation de Marie ont accueilli des personnes atteintes de surdité et de troubles associés.

 

La polyvalence de l’association : une réponse aux besoins du territoire.

 

En 1982, l’association Abbé de l’Epée a pris le relais de la Congrégation et est devenue laïque. Afin de répondre aux besoins du territoire, elle a également développé ses compétences afin d’accueillir et accompagner les enfants et adultes atteints de troubles du spectre autistique, mais aussi de troubles DYS.

 

Pour ce faire, l’association s’est dotée d’une équipe pluridisciplinaire : médecins, psychiatres, orthophonistes, éducateurs spécialisés, aide-soignants…

 

“Afin de répondre au mieux aux besoins des personnes que nous accompagnons, nous nous devons d’être polyvalents, résume Nicolas Fargère, directeur de l’association.

C’est pourquoi nos activités sont réparties au sein de différents établissements et services : l’institut Marie-Rivier, le foyer d’accueil médicalisé de Brives-Charrensac, le foyer d’accueil médicalisé de Roche-Arnaud, un SESSAD ainsi qu’un service de soutien à l’éducation familiale.”

 

Un projet immobilier devrait prochainement voir le jour afin de réunir en son sein les deux foyers d’accueil médicalisés et permettre l’ouverture d’un service pour les personnes cérébro-lésées.

 

L’inclusion : un moyen d’ouvrir les possibles.

 

Depuis plusieurs années, l’association Abbé de l’Epée et le DAHLIR travaillent ensemble afin de faciliter l’inclusion des enfants et adultes vers les activités de loisirs en milieu ordinaire.

 

“Cela s’inscrit pleinement dans le cadre légal. Mais c’est aussi et surtout un bel outil d’ouverture vers l’extérieur, explique le directeur.

Les enfants et adultes accompagnés par le DAHLIR sont rassurés. L’objectif est que l’activité puisse perdurer et qu’ils y trouvent du plaisir.

Pour notre équipe, le support du DAHLIR est également intéressant. C’est un appui à l’accompagnement global que nous proposons, qui permet d’ouvrir le champ des possibles!”

 

Jason, chargé d'accompagnement DAHLIR 43

Le 8 février dernier, il a soufflé sa première bougie au DAHLIR. Voilà tout juste un mois que Jason a posé ses valises en Haute-Loire, pour assurer les missions de chargé d’accompagnement, au sein de …

Valérie, présidente du Comité Territorial DAHLIR 43

Depuis bientôt deux ans, Valérie Louche assure le rôle de présidente du Comité Territorial de Haute-Loire. Une entité made in DAHLIR, qui permet à ses bénévoles de s’investir sur des missions stratégiques.   Présidente du Comité Territorial …