Pascal, pratiquant et bénéficiaire du DAHLIR Santé.

14 mars 2019

“Aujourd’hui, je m’étonne de pouvoir réaliser certains mouvements. Preuve qu’il faut prendre son temps et aller à son rythme !”

Pascal, pratiquant et accompagné par le DAHLIR Santé.

En quelques mois, l’activité physique a pris une place considérable dans le quotidien de Pascal.

Depuis son séjour au sein du Service Soins et Réadaptation de Saint-Pourçain jusqu’à son retour à domicile, Pascal s’est rendu compte de nombreux changements.

 

“Pendant six semaines, j’ai été malade ce qui m’a obligé à stopper toute pratique d’activité physique. Et cela me manque !

Depuis le mois de novembre, je pratique habituellement entre deux et trois heures d’activités par semaine.

Lundi soir, je me rends à l’activité “Sport sur ordonnance”  à Brassac Les Mines, où j’ai été accompagné par le DAHLIR. Jeudi, je vais à la piscine et vendredi aux séances de sport proposées par l’AFRET.

C’est plutôt nouveau pour moi. Auparavant je me rendais aux activités de temps en temps, sans réelle motivation et plutôt par obligation pour perdre du poids.

Désormais j’y vais avec plaisir et je me rends compte que cela change les idées !”

 

Mais surtout Pascal n’a de cesse de s’étonner des progrès effectués depuis la reprise d’activités physiques, en terme de mobilité, de souplesse et de force.

 

Quelle est la plus belle réussite, selon vous, depuis que vous avez repris l’activité physique ?

 

Je me sens moins essoufflé en effectuant les mouvements, je peux aussi exécuter des mouvements qui me paraissaient encore irréalisables il y a quelques mois. Je retrouve une certaine forme physique. Et puis j’ai perdu du poids !

 

Parlez-nous de votre parcours depuis le SSR de Saint-Pourçain jusqu’à votre participation aux activités Sport sur ordonnance ?

 

“J’ai été opéré une première fois en 2007, puis une seconde fois en 2014 tout en étant suivi au service de nutrition du CHU Gabriel Montpied. Malheureusement, ma vie personnelle n’était pas au beau fixe, je ne prenais pas spécialement soin de moi et j’ai repris du poids.

C’est pourquoi j’ai participé au programme d’Education Thérapeutique du Patient du SSR de Saint-Pourçain-sur-Sioule. Là-bas j’ai ré-appris la sensation de satiété.

En vue de mon retour à domicile, la responsable m’a transmis les coordonnées de l’AFRET. J’ai suivi leurs séances jusqu’à Noël puis j’ai trouvé les coordonnées du DAHLIR.

J’ai contacté la chargée d’accompagnement afin de prendre un rendez-vous. Nous avons échangé sur mes envies, mes besoins mais aussi mes contraintes.

Elle m’a transmis différentes adresses de clubs ou associations proches de chez moi. Après avoir effectué plusieurs essais, c’est au Sport sur Ordonnance, à Brassac les Mines où j’ai choisi de continuer l’activité.

La chargée d’accompagnement DAHLIR s’est rendue sur l’une des séances afin de s’assurer que tout se passait bien pour moi. Elle prend régulièrement de mes nouvelles, c’est rassurant !”

 

Qu’est-ce-que ce qui vous incite aujourd’hui à poursuivre l’activité ?

 

“Pour conserver la motivation, avancer à deux, faire la connaissance d’autres membres du groupe, c’est bénéfique. Par exemple, dans l’association à Brassac, nous avons tous des parcours différents, pour autant, chacun progresse à son rythme et fait ce qu’il peut.

 

Enfin, j’estime avoir été très bien accompagné dans mon parcours. L’équipe du SSR de Saint-Pourçain, le DAHLIR, l’éducatrice sportive à la piscine… pouvoir compter sur les compétences des professionnels, que ce soit dans domaine sanitaire ou sportif, c’est indispensable.

Je me suis rendu compte que j’étais capable de parvenir à mes objectifs. Mais pour cela, je dois prendre mon temps.”

 

Victor, jeune pratiquant de baby gym, porteur de Trisomie 21

“La différence est une richesse. En tant que parents d’un enfant en situation de handicap, nous nous rendons bien compte que l’égalité des droits passe par le respect de la différence.” Estelle, maman de Victor jeune …

Jason, chargé d'accompagnement DAHLIR 43

Le 8 février dernier, il a soufflé sa première bougie au DAHLIR. Voilà tout juste un mois que Jason a posé ses valises en Haute-Loire, pour assurer les missions de chargé d’accompagnement, au sein de …