Le Tremplin : un nouvel élan pour les personnes vulnérables

20 juillet 2017

« Nous croyons beaucoup au sport pour la réinsertion et le lien social. »

Michèle Crevat et Sophie Vuillermoz sont les référentes du DAHLIR au sein de l’association Le Tremplin, au Puy-en-Velay. Rencontre avec ces tisseuses de lien indispensables.

Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est le Tremplin, son rôle sur le territoire du Puy en Velay ?

Le Tremplin est une association, née en 1981. Au départ, ce nom est venu de la symbolique du tremplin : on prend de la hauteur, de l’élan, pour passer les obstacles. Nous accompagnons les personnes en matière d’hébergement, et d’insertion.

L’Association Le Tremplin accueille un public hétérogène : jeunes en rupture familiale ou de placement, femmes victimes de violences conjugales avec ou sans enfant, familles monoparentales, personnes en errance, demandeurs d’asile déboutés, personnes sortant d’établissements pénitentiaires, psychiatriques, de structures (postcure, CADA[1], CHRS).

Les seuls critères de prise en charge sont  l’absence de « chez soi » et la vulnérabilité.

Bien que le dénominateur commun à toutes ces personnes soit l’absence de logement personnel, on peut également constater que la majorité d’entre elles présente une souffrance psychique, des problèmes de santé, d’addictions ou de violences. Des évènements particuliers comme par exemple une séparation, un licenciement, le décès d’un proche ou des fragilités durant l’enfance (placement en institution, échec scolaire, conflits familiaux…) sont souvent à l’origine d’un processus d’exclusion.

L’isolement, les ruptures, la perte de repères, la perte de l’estime de soi sont des problématiques communes aux personnes accueillies.

Accueil Jean Solvain

Sophie intervient sur le pôle « Accueil Jean Solvain » qui comprend plusieurs services : un accueil de jour, 9 places d’accueil de nuit, 9 places de lits halte soins santé et 9 places de stabilisation.

Ce pôle accueille des hommes et des femmes majeurs, seuls ou en couple, fortement désocialisés, en situation d’errance pour la plupart, et dont l’état de santé est souvent dégradé (pathologies physiques, psychiatriques, addictions) elles  bénéficient d’un accompagnement éducatif personnalisé et continu, leur permettant de se « poser », se reposer et de construire les bases d’un projet d’insertion

Hébergement d’insertion

Michèle  travaille au pôle insertion, les personnes sont hébergées dans des appartements individuels situé dans le bassin du puy en Velay et sur le secteur Est du département.

C’est un accompagnement au quotidien, administratif, santé physique et psychique, emploi, logement…..,

À la différence des personnes de l’accueil jean Solvain, elles ont un projet un peu plus avancé, sont en capacité de vivre seules.

 

Comment s’est mise en place la collaboration avec le DAHLIR ?

 

Michèle et Sophie : La loi d’orientation du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les exclusions, présente deux orientations fondamentales : un traitement des exclusions et l’accès aux droits fondamentaux.

L’accès au sport fait partie de ces droits, sur proposition du  DAHLIR,  l’Association Le Tremplin s’est associée afin de proposer une offre sportive en cohérence avec les missions institutionnelles de chacun.

Il s’agit de favoriser la pratique d’une activité sportive régulière destinée à valoriser les individus (estime de soi) et à promouvoir les valeurs traditionnellement liées au sport.

A terme, l’objectif est de rendre possible une activité régulière en club.

Sophie : En interne, il est arrivé que nous organisions des sorties ponctuelles. Mais c’est de l’occupationnel, sans vraiment de régularité.

Ce projet permet une véritable évolution, en s’ouvrant à d’autres personnes.

Nous sommes présentes lors de chaque séance hebdomadaire. Celle-ci dure une heure trente. C’est important pour nous d’être présente car nous connaissons  les problématiques de chacun, ce qui permet en règle générale d’éviter des conflits quelquefois inhérent à un groupe.

Ces séances nous permettent d’avoir un lien différent de celui que l’on a avec les personnes au quotidien. On partage autre chose. Les rapports sont différents : ils vont prendre du plaisir, s’amuser.

 

Michèle : La pratique d’une activité sportive permet entre autres, de créer du lien social, de faire émerger le potentiel de la personne, d’améliorer la confiance, l’estime de soi, d’impulser une nouvelle dynamique favorisant la remobilisation vers un projet d’insertion.

Certains d’entre eux qui ne vivent pas ensemble, se sont donné quelque fois rendez-vous pour aller par exemple, courir ensemble un dimanche matin. Sans les séances du Dahlir, ce ne serait jamais arrivé.

Sophie : Ils ne prennent pas toujours soin d’eux (hygiène et consommation de produits).  Le sport peut permettre de travailler cela. De même au niveau du respect des horaires, des consignes, c’est important.

Au-delà de ça, cela renforce les liens entre les participants. L’esprit de groupe est un moteur.

Pour l’éducateur, l’activité est un support pouvant faciliter l’amorce de la relation éducative, la création d’un lien de confiance.

Michèle : C’est un levier de l’accompagnement, un outil complémentaire. Ils se perçoivent autrement. Cela va les relancer dans une dynamique. C’est très valorisant pour eux.

Nous essayons de ne jamais  les mettre en échec. C’est pour ça que l’on est présente. On essaie de valoriser autre chose. Et puis nous changeons de statuts en ayant tous la casquette de sportifs. Les rôles s’inversent. Ils nous montrent comment réaliser un mouvement. Au quotidien, cela peut faciliter nos échanges, c’est très bénéfique. On nous perçoit autrement.

Michèle et Sophie : Nous espérons continuer à mener d’autres actions parallèles avec le Dahlir comme le projet Leader « Vivons le Velay Ensemble », les ateliers cuisine, le match de hand…

Et bien-sûr maintenir le lien et tendre vers des activités culturelles.

 

[1] Centre d’accueil de demandeurs d’asile

La Nature c’est l’affaire de tous, avec le CPIE 43 !

Solenne Muller est Responsable du secteur biodiversité au Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement du Velay. Le 30 juillet prochain, dans le cadre des sorties nature du Conseil Départementale de la Haute-Loire, le CPIE organise une …

Romain, alias Rom Juan, auteur de Pacôme Toulemonde !

C’est l’histoire de Pacôme, de Debbie, d’un ange gardien d’immeuble… mais surtout c’est l’histoire d’un homme généreux et inspiré, à l’innocence désarmante. Aujourd’hui, Romain Garoux, alias Rom Juan, nous parle de son ouvrage pour enfants …