Les vacances de Océane à Brin de Ficelle

11 novembre 2017

« Jusqu’à maintenant Océane allait toujours chez une nourrice lorsque nous travaillions. Aussi, lorsque Bruno Pierrat, éducateur au  CRDV (à la retraite aujourd’hui) nous a parlé de la possibilité pour Océane d’aller en centre de loisirs, cela est arrivé à point nommé. Nous ne connaissions pas encore le DAHLIR. Aujourd’hui, Océane continue d’aller chez sa nourrice le samedi et certains jours durant les vacances. Mais, désormais elle peut aussi s’amuser avec les enfants de Brin de Ficelle », raconte Madame Gicquel.

 

En prenant en compte la situation d’Océane qui s’ennuyait un peu les mercredis après-midi, Bruno Pierrat, a pris rendez-vous avec Gwenaëlle Merizzi, chargée d’accompagnement de l’association DAHLIR.

 

«  J’avais monté un dossier concernant Océane : son handicap, ses possibilités, sa personnalité. Mlle Merizzi a pris beaucoup de notes. Puis nous avons effectué les démarches en prenant contact avec le directeur du Centre de loisirs Brin de Ficelles, à Fontannes », se rappelle Monsieur Pierrat.

« Les informations transmises par Bruno et les parents d’Océane ont été précieuses.  Lors de cette réunion, ses parents ont pu exprimer leurs attentes et nous conseiller sur ce qu’il fallait faire ou ne pas faire », relate Ludo, directeur du Centre Brins de Ficelles.

« Océane côtoyait la structure étant petite par le biais de bébé Ficelle. De plus, lors d’un spectacle musical organisé avec l’école maternelle de Fontannes, j’ai pu connaitre Océane. Par la suite, avec cette séance Océane a très vite reconnu ma voix.

Nous avons défini avec les membres de l’équipe d’animation qui assurait le rôle d’animateur supplémentaire.

Une jeune femme en service européen et moi-même avons accompagné Océane durant les mercredis de mai à juin, puisque quelle est sur mon groupe de grands. Puis une autre animatrice a pris le relais pendant les quelques jours du mois d’août sur les  vacances d’été, ceci pour aller aux toilettes ou lors de la prise des repas. Mais chaque animateur a son rôle à jouer. »

 

Bruno Pierrat évoque le travail commun entre leurs structures :

 

« Nous avons échangé plusieurs fois notamment au sujet des adaptations possibles de certains jeux mais aussi pour le quotidien d’Océane. Certaines adaptations sont très simples comme des repères tactiles sur les portes des toilettes, les porte-manteaux…

Sans tomber dans le piège de la surprotection dans les activités et son environnement : il ne faut pas qu’Océane soit stigmatisée mais qu’elle puisse évoluer en toute sécurité, malgré tout.

 

Lors de ma rencontre avec Gwenaëlle Merizzi, j’ai également fait part de certaines situations où il risquait d’y avoir un blocage, par exemple les jeux avec un contact physique. Océane ne voyant pas, ne peut anticiper certaines gestes physiques des autres enfants. »

 

« Nous avions prévu avec Océane et Ludo qu’elle commence par une demi-journée lors de sa première venue, se rappelle la maman d’Océane. Mais elle a voulu rester plus longtemps. Désormais, elle s’y rend tous les mercredis et durant les vacances. Nous avons apporté des jeux auxquels Océane a l’habitude jouer à la maison. »

 

« Nous la sollicitons également sur d’autres jeux avec les enfants et cela se passe très bien, ajoute Ludo. Afin de réaliser un suivi régulier au mieux, j’ai demandé à son animatrice de remplir une fiche bilan pour nous faire part de son contact avec l’enfant, sa gestion d’éventuelles difficultés ».

 

Durant l’été, Océane a participé à une sortie à la piscine et tout s’est très bien passé.

 

« Au départ, j’avais peur du regard des autres enfants, qu’Océane ne s’intègre pas si facilement, qu’ils puissent se moquer d’elle, renchérit Mme Gicquel. Mais Brin de Ficelle est un centre de loisirs où les relations sont familiales. Nous sommes confiants et savons qu’ils s’occupent bien d’elle. Nous n’imaginions pas que c’était possible. Le travail avec le DAHLIR et le CRDV a facilité son intégration. De plus, cela a permis de rassurer le centre de loisirs qui pouvait compter sur l’expertise du CRDV.   »

 

« Nous avons eu de bons retours de la part du directeur du centre de loisirs. Depuis longtemps, nos jeunes participaient à des activités en milieu ordinaire. Mais c’est la première fois que l’on avait à accompagner une jeune fille pour une activité qui se déroulait loin du CRDV.  Avec l’association DAHLIR, cela a été beaucoup plus facile. C’est ce travail de coopération entre le CRDV, la famille, le DAHLIR et le centre de loisirs qui a permis la réussite du projet. C’est la recette du succès de ce projet, » conclut Bruno Pierrat.

Un plongeon au cœur de la piscine La Vague, du Puy-en-Velay !

« Nous proposons toutes les activités que vous pouvez imaginer : école de natation pour les enfants et adultes, aquagym, aquabiking…, explique Ludovic Chenet, Directeur de la piscine La Vague.Nous accueillons également l’équipe de …